Programme des activités
 
Recherche
 
Fermer
Prestations du Colibri
Actions de protection
Actualités naturalistes
Membres de Projets

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

-- Prochaine activité

Atelier participatif "Fabrication de nichoirs"

samedi 16 février 2019 de 14H à 17H - entrée libre - 

Centre Medico Social de MACLAS.
Faisant suite à l'atelier "fabrication de mangeoire" de décembre, nous vous invitons cette fois-ci à participer à une fabrication de nichoirs, afin de préparer au mieux le retour des oiseaux. 

Il est grand temps. En les installant tôt, les nichoirs ont le temps de s'intégrer doucement dans le paysage et seront prèts pour accueillir les premiers nicheurs, commençant à construire leur nid dès la fin de l'hiver.

Dans un premier temps, Marc Bisson nous guidera dans la fabrication des nichoirs, qui se fera collectivement et selon les envies de chacun: traçage, découpe, montage...
Cet atelier se fera sur inscription, par retour de mail ou au 06.60.40.58.01
Les nichoirs, qui seront tous à vendre au profit de Colibri, seront proposés au prix de 10€ pour les participants, et à 15 € par la suite.
Venez nombreux pour qu'il y en ai pour tous !
Belle journée à tous
L'équipe du Colibri
Les 2 derniers billets

Samedi 15 décembre 2018 : Atelier de fabrication de mangeoires à oiseaux assuré par Clotilde Darche, Denis Choron et Laurent Juzsack à la Maison des Associations de Maclas.

Ce samedi 15 décembre, avant notre assemblée générale,  avait lieu notre animation mensuelle. Il s’agissait de fabrication de mangeoires pour nourrir les oiseaux cet hiver, le tout au profit de l’association. Neuf personnes dont deux enfants volontaires et participatifs ont eu le bonheur de s’y atteler.

Malgré le froid, nous nous sommes mis à l’extérieur pour faire les découpes de bois. Et c’est avec plaisir que nous nous sommes rapatriés au chaud pour terminer l’assemblage !

Au total, quatre mangeoires ont été fabriquées, à suspendre ou mettre sur un poteau. Le tout s’étant déroulé dans une ambiance très conviviale, il ne manquait plus que le vin chaud !

Un grand merci à Denis et Laurent pour avoir apporté leur aide, leur outillage et leurs connaissances ! A refaire l’année prochaine, en essayant pourquoi pas d’autres tailles ou d’autres modèles.

Mangeoire2.JPG

Mangeoire3.JPG

Publié le 22/12/2018 ~ 16:10  Haut

Vendredi 7 décembre 2018 Causerie sur "Les nuisibles ! Vous avez dit nuisibles ?"  par Régis Didier

Régis Didier, naturaliste du Pilat, est venu ce soir nous parler des espèces dites « nuisibles » et de la règlementation qui les concerne.

Depuis 2016, la loi parle d’animaux susceptibles d’occasionner des dommages et non plus de nuisibles.  Ils sont regroupés en 3 catégories selon leur origine (espèces indigènes pour la liste I) et selon la durée de la réglementation (3 ans pour la liste II et 10 ans pour la liste III).

19 espèces sont concernées en France : ragondin, rat musqué, vison d’Amérique, raton laveur, chien viverand, bernache du Canada (liste I), renard, martre, fouine, belette, putois, pie, étourneau, geai, corneille, corbeau freux (liste II), sanglier, lapin de garenne, pigeon ramier (liste III).

Nuisibles.JPG

Le classement de ces espèces en tant que nuisibles a pour conséquence un encadrement particulier de leur élimination. Ces animaux peuvent donc être détruits tout au long de l’année, si cela est fait dans les cadres réglementaires en vigueur. Paradoxalement, ceci n’est pas le cas de bien d’autres espèces dont la destruction n’est pas encadrée et peut donc être effectuée par n’importe qui et n’importe quand (par exemple frelons asiatique, souris, musaraignes…).

Ce sont des arrêtés préfectoraux qui fixent les conditions de destruction de ces espèces. Différentes méthodes peuvent être employées pour détruire ces animaux : tir, déterrage, furetage, enfumage, oiseaux de chasse et piégeage. Les produits toxiques sont interdits. Chaque espèce a ses procédés particuliers.

Régis Didier nous parle en particulier du piégeage qu’il connait bien. Il nous a présenté les différents systèmes de pièges existant ainsi que les modalités d’obtention de l’agrément de piégeur. Une fois un animal « nuisible » attrapé, il ne peut être relâché et doit obligatoirement être détruit sous peine d’amende.

Pour quels motifs ces animaux sont-ils classés en tant que nuisibles ? Selon la loi, ce classement se justifie par  l’atteinte qu’ils peuvent porter à la santé et la sécurité publique (par exemple l’échinococcose du renard), à la protection de la faune et de la flore, aux dommages importants causés aux activités agricoles, forestières et aquacoles ou encore aux dommages importants à d’autres formes de propriété (poulailler ou ruche par exemple). Ce classement varie régulièrement d’une année sur l’autre et donne lieu à des débats houleux.

S’en est suivie une série de questions permettant de mieux comprendre l’origine de ce classement, notamment en termes de propositions institutionnelles, ainsi que des questions plus particulières sur certaines espèces non mentionnées tel le blaireau.

Un grand merci à Régis pour nous avoir présenté, de façon neutre et ouverte, cette question si délicate aux yeux de certains amoureux de la nature et de la faune en particulier.

Publié le 22/12/2018 ~ 15:52  Haut